LUVUDI

Présentation donnée le 27 avril 2015 aux élèves de deuxième année en section web à l’ESIAJ.

Sur Le Design entre les Frontières (Designing in the Borderlands) d’après une conférence donnée par Frank Chimero à Harvard en avril 2014.

 

Slides

Télécharger les slides (lien direct)

Télécharger les slides (.zip)

 

Transcription

Je vais vous parler de la transcription d’une conférence donnée par Franck Chimero.

J’en profite pour commencer par un petit hors sujet en vous parlant 30 secondes de l’auteur.

J’imagine qu’on vous en a déjà parlé plusieurs fois cette année, c’est un designer web mais pas seulement, alors déjà il ne design pas que dans le web mais aussi il donne des conférences un peu partout dans le monde et il écrit beaucoup.

Franchement je ne peux que vous conseiller de le lire un peu ce qu’il publie, premièrement sur le fond c’est super inspirant, il écrit très bien, il a juste parfaitement compris le métier et il trouve toujours les mots et la métaphore parfaite pour expliquer sa pensée.

Ensuite sur la forme ses publications sont vraiment soignées, il n’hésite pas à les travailler, à super bien mettre en forme ses textes pour qu’on soit juste plongés dedans à 100%.
## Le design entre les frontières
Le titre de la conférence parait un peu abstrait comme ça mais c’est plutôt bien trouvé au final, je vais essayer de vous l’expliquer du mieux que je peux.

Frank Chimero c’est quelqu’un qui est entré dans le design par l’illustration à la base, il travaillait pour des magazines mais par la suite il a voulu aller plus en profondeur dans le design, ne pas simplement faire de la décoration mais comprendre comment les choses fonctionnaient. C’est comme ça qu’il en est arrivé au design d’interface.

Et il raconte que quand il est dans des fêtes ou dans des événements dans le milieu du design il finit toujours par y avoir des regroupements, les typographes discutent entre eux, les illustrateurs restent aussi avec ceux du métier aussi, ou encore les développeurs, les graphistes tout ça, ils vont tous rester un peu entre eux.

Et que lui inconsciemment il va aller un peu de groupe en groupe parce qu’il écoute tout ça mais il se sent ne faire partie d’aucun groupe.
En fait, même dans ces groupes il finit par se rendre compte que personne ne comprend exactement ce qu’il fait dans la vie parce qu’en discutant les typographes vont penser qu’il est illustrateur, les développeurs vont penser qu’il est graphiste et vice versa.
Pendant longtemps ça lui semblait être un défaut parce qu’il ne savait pas définir exactement sa discipline de prédilection, mais au final il se rend compte que c’est super bénéfique pour lui parce qu’il rencontre plein de monde et il apprend pleins de choses.

Pour moi la morale de tout ça c’est qu’on a tout interêt à être polyvalent. Perso un des trucs qui me fait adorer bosser dans le web c’est que c’est hyper complet, il y a à peu près tous les médiums représentés, ça permet l’image, le son, la vidéo mais on doit aussi travailler le texte, la typographie, tout ça en pensant constamment à l’utilisateur.

L’année dernière quand on m’a demandé de choisir si j’étais plutôt design ou plutôt code pour mon TFA- j’étais un peu perdu parce que déjà évidemment l’un ne va pas sans l’autre et puis surtout j’aimais les deux et je n’avais pas envie de choisir un camp.

Au final on a la chance de pouvoir s’intéresser et apprendre pleins de domaines différents il n’y a qu’à voir le nombre de cours différents qu’on a à l’école en 3 ans d’études.

Et c’est là qu’on trouve la notion de frontières dans le design, aujourd’hui évidemment c’est impossible de connaitre des domaines entiers dans le design web mais je pense que c’est quand même important d’avoir un oeil un peu sur tout, de savoir jongler entre les disciplines.
Et même si peut être vous vous spécialiserez dans une branche ou une autre ça facilitera aussi la communication avec vos collègues.

Toujours dans ce principe de frontières, il y a souvent des éléments qu’on met en opposition dans le design.
Physique / Numérique

L’opposition entre le physique et le numérique est peut être la plus connue.
Si je vous parle de la section Communication Graphique vous allez un peu rigoler on a l’impression de se détester presque d’être ennemis. Ils pensent qu’on est des glandeurs on pense que leurs méthodes de travail sont mauvaises et dépassées.
Alors qu’au final leur métier est pas si éloigné du notre, on a du savoir en commun et chacun des qualités qu’on pourrait échanger si on travaillait un peu plus ensemble.

Texte / Image

C’est le même principe par exemple pour le texte et l’image, plutôt que de les opposer et de choisir entre les deux on peut simplement les associer si le projet le nécessite et profiter des qualités de chacun.

Critique / Participation

Travail de l’auteur / Travail du client

Donc voilà y’en a pas mal des oppositions qu’on réalise.

Art / Design

On cherche beaucoup à les diviser, à essayer de choisir un camps mais au final l’important c’est surtout de ne pas confondre les deux éléments.

Mais en gros designer entre les frontières c’est être sur cette frontière, avoir simplement conscience.

Pour mettre en pratique ce concept de polyvalence, Franck Chimero parle d’un livre qu’il a écrit « The Shape of Design »

Pour ce livre il avait lancé une campagne Kickstarter et il avait promis de le rendre disponible sur pas mal de supports, ça comprenait :

– Des livres physiques
– Des ebooks (Kindle, iPad…)
– Une version en ligne avec le texte intégrale

Il devait donc gérer son design de manière à ce que son contenu s’adapte de manière cohérente à tous les supports.
En pratique c’est hyper intéressant parce qu’on découvre qu’il faut penser à pleins d’aspects différents.

Une des plus grosse contrainte était le Kindle car c’est celui qui restreint le plus du fait de son format. Il n’y avait par exemple pas autant de formatage du texte possible, il ne pouvait par exemple pas mettre du texte en gras ou en italique etc. Il a donc du jouer avec les tailles et l’uppercase pour quand même dégager une hiérarchie dans son texte.
Sa couverture devait aussi être adaptée car elle n’allait pas seulement apparaitre des les rayons des librairies. Elle devait être lisible même en petit car il fallait prendre en compte les miniatures de l’application iPad par exemple.
Comme il y a une version du livre disponible en ligne il fallait aussi que la typographie soit utilisable sur le web.
Et ça va jusqu’au illustrations qui ont été réalisées de manière à rendre bien sur l’écran a encre des Kindle.
Au final il a un produit hyper cohérent qui fonctionne parfaitement partout.

Il en retire même une sorte de philosophie de travail qui serait de tout réaliser ensemble, tout en même temps.

Et c’est peut-être ça au final designer entre les frontières c’est avoir conscience que les portes sont ouvertes entre les différents éléments et s’y balader comme si tout cela n’en formait qu’un gros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>